.

Publié le par Flex Blur

Beaucoup voient la stabilité dans le scénario suivant : avoir un mari/une femme, des enfants, une maison, une voiture, un travail, voire un ou plusieurs animaux de compagnie. Tu peux toujours te débrouiller pour avoir cet avenir. En poser les bases maintenant, que tu aies 15 ou 20 ans, faire tout ce que tu peux pour trouver ton équilibre.

D'autres voient la stabilité ailleurs, quelque chose qui est plus associé à leur être. Tout ça, c'est varié. Tu peux décider de rester seul toute ta vie, te rendre compte que toi et ton avenir (du moins, celui que tu as prévu, vie de voyageur par exemple) rendent la vie de couple impossible. Les tendresses d'une femme/d'un homme te manqueront, tu te diras qu'une aventure de temps en temps, ça ne fait pas de mal, mais tu ne voudras pas être étouffé par une relation à long terme, avec tous les engagement que cela implique. Tu peux aussi être fait pour la vie de couple, et la concilier avec l'exemple précédent. Suivre ton (ta) bien-aimé(e) partout où il/elle va, et vivre une aventure de couple hors du commun. Vivre de changements, casser la routine. Tu peux complètement te laisser aller, "Carpe Diem" comme on dit, vivre l'instant présent, vivre chaque jour comme si c'était le dernier. Ne pas se poser de limites, ni de respect pour quoi que ce soit, même pas pour soi. La liberté pour soi-même, tant pis pour celle des autres. Profiter des plaisirs que la vie offre, certes aujourd'hui c'est l'alcool, la clope, les drogues et le sexe, mais aussi flirter avec les hommes/femmes que l'on désire, détenir un pouvoir sur une chose, une personne ou un groupe, se sentir plus fort que le reste du monde. Le culte de l'égo, l'individualisme. Tu peux toujours te droguer, à l'alcool et à d'autres choses, parce que tu as des problèmes avec ta famille, tes amis, ton copain ou ta copine. Tu veux oublier tous ces problèmes alors tu te réfugies là-dedans, en espérant en finir vite, et tu te dis que si tu n'existes plus, tu n'auras plus de problèmes. Pourquoi pas, après tout, cela semble logique. Tu t'abandonnes, tu ne réfléchis pas et tu ne veux rien faire de ta vie. Tu peux choisir de te battre pour une ou des causes tout au long de ta vie, des causes qui te tiennent à coeur, des valeurs que tu défends, les bonnes, les vraies, selon toi. Celles qui vont changer le monde, et en bien. Apprendre, réapprendre, dire au monde entier ce que tu penses, et te faire entendre. Beaucoup te prendront pour un fou et c'est normal. Certains te rejoindront. Tu peux aussi simplement te contenter de suivre le cours du temps, de t'adapter à ton époque, accepter ce qu'on te donne juste pour qu'on te laisse en paix. Ne pas montrer une quelconque résistance, ou alors tu risquerais de t'attirer des ennuis. Mais c'est un risque à prendre, et qui ne tente rien n'a rien. Cumuler, accumuler les informations qui te sont données, et croire ce que l'on te montre. Tu peux aussi passer ta vie dans le mensonge, préférer l'illusion à la réalité, te plonger dans un monde virtuel, t'enfermer dans une bulle où il y fait bon vivre, où tu n'as pas de contraintes, la parfaite illusion. Tu peux diriger ton propre monde, tu es la seule personne en charge de toute façon. Créer, effacer, modifier, n'a jamais été aussi facile. Tisser des liens aux apparences humaines, nouer des contacts, et pourquoi pas plus, si affinités. Tu pourrais avoir une double vie, être blanc le jour et noir la nuit, avoir deux identités parallèles, opposées ou similaires. Deux travails, deux amours. Passer du temps avec l'un(e), envoyer des lettres au/à la second(e). Tout cacher à l'un(e), tout dévoiler à l'autre, et non vice-versa. Certains secrets sont à préserver pour assurer un tel mode de vie.

Tu es libre de faire ce que tu veux. Mais cela ne veut pas dire que tu es libre de toutes contraintes. Si tu veux vivre le mieux possible, tu dois savoir vivre avec les gens. Apprendre à les respecter malgré leur opinions, différentes de la tienne, respecter leurs apparences qui te déplaisent. Garder son calme, ne pas communiquer de haine, ni de violence. Apprendre à dire "bonjou", "merci", "pardon", sans pour autant être soumis. Trace ton chemin, pour beaucoup d'erreurs tu peux revenir en arrière, pour d'autres, non. Au final tu en ressortiras toujours plus fort(e). "Connais-toi toi-même !" (Γνῶθι σεαυτόν !), avoir de l'expérience, cela ne s'applique pas qu'au domaine de la sexualité, que l'on se mette d'accord. C'est surtout apprendre de ses erreurs, malgré une personnalité qui peut nous inciter à les reproduire. Il n'est pas nécessaire de se moquer des personnes qui se trompent, car tout le monde fait des erreurs.

Publié dans Sérieux

Commenter cet article