Nuit blanche

Publié le par Flex Blur

Eh bah putain.
Nous avons travaillé pendant plus de 13 heures. Enfin, nous étions censés travailler. Bien sûr, il y a eu des temps de pause, mais ça s'est passé comme ça :
  • soit on travaillait ;
  • soit on réfléchissait ;
  • soit on parlait ;
  • soit on s'énervait ;
  • soit je faisais le con.
Mais c'était cool quand même. Je pensais pas que j'allais tenir tout ce temps-là éveillé. J'ai juste failli m'endormir vers 3h. On a commencé à la Maison de l'Etudiant vers 20h30, j'leur avais montré mon papier peint qui bouge youhouuuuuuuuuuuu super. Je me suis occupé de décrire un peu plus l'interface mais en une heure et demi j'ai dû écrire quoi... une demi-page ? :/
Après on est allés chez moi, à 22h on avait pour but de clore le projet à 2 ou 3h. On était...plutôt bien partis, j'ai fait 4 cafés : un pour moi, Stéphane, Jérémy et Clément dans la chambre à côté. J'étais en train de les préparer, et j'entends derrière moi : "... Waaaaaaaaaaaah... ça détend... c'est trooooooop beauuuuuuu... " j'me suis dit "ah ok ils sont explosés les mecs". Ca allait mieux après.
Arrivé 1h, j'me suis dit que finalement on pouvait pas tout finir d'ici 3h. J'avais presque fini mon job sur l'interface mais je savais qu'il allait falloir que je corrige toutes les fautes d'orthographe dans ce qu'on allait rendre. C'est là que j'ai déclaré :
" - J'sais pas si on aura fini à 3h...
- Ouais...
- On se fait une nuit blanche ? Parce que je pense pas que je vais pouvoir me lever avant 10h pour le continuer.
- ... Moi j'suis pas fatigué."
Et paf. Plus de temps pour un projet moins bâclé.
Ca avance, ça avance... jusqu'à ce que Jérémy me montre son travail.
Je lis, je lis...10 fautes par ligne, des phrases mal construites, des choses en trop (hors contexte, exagérations), bref, ça m'a forcé à vérifier ce que c'était qu'un cahier des charges. [Sérieusement les gars, notre partie là je la sens pas bien du tout, m'enfin, on verra bien à l'oral ou sur la note, hein !] Malgré tout  j'avais pas envie de réfléchir à nouveau sur le truc, alors j'ai corrigé tout bêtement. Je sauvegarde, et là... le PC PLANTE. Il se met en veille, faute de batterie suffisamment chargée. Bon, ça me fait rire, jusqu'au moment où tout PUTAIN DE PROJET DE MERDE DE LOL AU CARRE.odt ouvert m'affiche une version du rapport plus ancienne que celle que je viens de me taper. Alors là c'est une putain de galère. J'ai essayé de retrouver des sauvegardes automatiques : j'en ai retrouvé une, je l'ouvre, elle fait 5 pages, mais tout ce que je vois c'est... 5 PAGES DE '#'. Cool, mais j'en ai rien à foutre des dièses, je veux ce que j'ai corrigé à l'instant là, une page et demi. Bon, impossible de retrouver quoi que ce soit... Je comate une heure durant avant de me relancer dans la correction de la version la plus avancée de la partie de Jérémy. Pendant cette heure, lui a essayé de manipuler PhotoShop, mais en vain. J'ai cru qu'il allait taper mon ordinateur tellement il s'énervait. Stéphane réfléchissait à la partie "Modélisation" de l'analyse, ou au diagramme des traitements de la vue générale, je sais plus, enfin il bossait sur le rapport. Il appelait ça une "pause". Quel warrior ce mec, sérieux.

5h :
Shigoto, shigoto !Deux loques dans le fond'Je leur propose un plan cam ou pas ?'Ma che cosà fai ?
Bon, j'me remets au travail, concentré avec ma musique pour pas entendre les autres. On était 5 dans la chambre, forcément ça parlait. J'ai dû corriger tout le bordel en 40 minutes, puis Stéphane a pris le relais pour énoncer les contraintes, ou un truc dans le genre.

6h :
Enfin ! Je peux aller me faire un café. Ca faisait longtemps que je l'attendais. J'en fais un à Stéphane aussi, parce qu'il le vaut bien. On a quatre heures devant nous. On s'est essentiellement concentré sur le rapport, parce que le programme, au fond, il faisait quasiment tout ce qu'on voulait, sauf ré-afficher les poulpes quand on faisait une nouvelle partie (CTRL+N)(tiens d'ailleurs, essaye CTRL+N pour voir ce que ça fait, là, maintenant ? Cap ? si t'es pas cap je prends ton IP et je balance à tout le monde que ta mère c'est une).
...Bon en fait moi j'ai plus passé mon temps à faire le con cette heure-ci. Et vas-y que je prends mes coussins et ma couette, et que j'la mets sur mon dos comme une cape, et que j'cours comme ça dans le couloir, et que j'me roule par terre, et que j'm'écrive sur le visage les mots "booléen", "cacher" et "merde" avec un marqueur bleu pour tableaux blancs, et que j'saute sur mon lit comme un taré, et que je saute sur le rebord de ma fenêtre. Ça se voyait que je sortais d'une nuit blanche : j'ai dû épuiser mes réserves de connerie pour mieux travailler après, bien sûr ! *sarcasme*. Et sinon, le lever du soleil au début de l'heure précédente était très beau. Et il faisait déjà jour à 6h. Mais avec mon portable ça rendait mal.
Non, Nicolas, Clément ne viendra pas cette fois.

7h :
Plus grand chose à dire. Dernières photos de la nuit, et puis les gens rentraient respectivement chez eux pour aller en cours, pour ceux pour qui c'était le cas, pour pour pour pour pour pour pour pour (ouais y'en a eu beaucoup), sauf Stéphane qui est resté jusqu'à 10h pour finir le truc quoi, et le rendre, mais lui non plus il avait pas cours.


[Bien sûr, l'après-midi on avait cours, mais on n'y est pas allés.
Moi je dormais, je me suis réveillé à 13h54, comment je pouvais arriver à temps en Anglais...
Stéphane, lui, c'est Christopher qui l'a convaincu de ne pas y aller, de peur de dormir en Maths. Ils ont eu Jérémy en même temps.]

Publié dans Etudes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stéphane 04/06/2009 02:24

énorme... c'est tout à fait sa on s'y croirait c'est saisissant. ^^